Chapitre 27 - De la monnaie et des banques



Des principes de l’économie politique et de l’impôt

Préface

Avertissement

Ch. 1 - De la valeur

Ch. 2 - De la rente de la terre

Ch. 3 - Du profit foncier des mines

Ch. 4 - Du prix naturel et du prix courant

Ch. 5 - Des salaires

Ch. 6 - Des profits

Ch. 7 - Du commerce extérieur

Ch. 8 - De l’impôt

Ch. 9 - Des impôts sur les produits naturels

Ch. 10 - Des impôts sur les rentes

Ch. 11 - De la dîme

Ch. 12 - De l’impôt foncier

Ch. 13 - Des impôts sur l’or

Ch. 14 - Des impôts sur les maisons

Ch. 15 - Des impôts sur les profits

Ch. 16 - Des impôts sur les salaires

Ch. 17 - Des impôts sur les produits non agricoles

Ch. 18 - De la taxe des pauvres

Ch. 19 - Des changements soudains dans les voies du commerce

Ch. 20 - Des propriétés distinctives de la valeur des richesses

Ch. 21 - Des effets de l’accumulation sur les profits et les intérêts des capitaux

Ch. 22 - Des primes à l’exportation et des prohibitions à l’importation

Ch. 23 - Des primes accordées à la production

Ch. 24 - De la doctrine d’Adam Smith sur la rente de la terre

Ch. 25 - Du commerce colonial

Ch. 26 - Du revenu brut et du revenu net

Ch. 27 - De la monnaie et des banques

Ch. 28 - De la valeur comparative de l’or, du blé, et de la main-d’œuvre, dans les pays riches et dans les pays pauvres

Ch. 29 - Des impôts payés par le producteur

Ch. 30 - De l’influence que l’offre et la demande ont sur les prix

Ch. 31 - Des machines

Ch. 32 - De l’opinion de M. Malthus sur la rente

Notes de bas de page

___________________
Source : fr.wikisource.org

On a déjà tant écrit sur la monnaie, que, dans le nombre des personnes qui s’occupent de cette matière, il n’y a guère que les gens à préjugés qui puissent en méconnaître les vrais principes. Je me bornerai donc à un aperçu rapide de quelques unes des lois générales qui règlent la quantité et la valeur de la monnaie.

L’or et l’argent, ainsi que toutes les autres marchandises, n’ont de valeur qu’en proportion de la quantité de travail nécessaire pour les produire et les faire arriver au marché. L’or est quinze fois environ plus cher que l’argent, non pas que la demande en soit plus forte, ni que l’argent soit quinze fois plus abondant que l’or, mais uniquement en raison de ce qu’il faut quinze fois plus de travail pour obtenir une quantité déterminée d’or.

La quantité de monnaie qui peut être employée dans un pays dépend de sa valeur. Si l’or seul était employé pour la circulation des marchandises, il n’en faudrait qu’un quinzième de ce qui serait nécessaire si l’argent était consacré à cette fonction.

La monnaie en circulation ne saurait jamais être assez abondante pour regorger ; car si vous en faites baisser la valeur, vous en augmenterez dans la même proportion la quantité ; et en augmentant sa valeur vous en diminuerez la quantité[112]. Tant que le gouvernement fait frapper des monnaies sans retenir les frais de monnayage, les pièces de monnaies ont une valeur égale à celle de toute autre pièce de même métal, d’un poids et d’une finesse pareils. Mais si le gouvernement retient un droit de monnayage ou de seigneuriage, la pièce de métal frappée excédera en général la valeur de la pièce non frappée de tout le montant de ce droit, parce qu’elle aura exigé plus de travail, ou, ce qui revient au même, la valeur du produit d’une plus grande quantité de travail pour sa fabrication.

Quand l’État seul bat monnaie, il ne peut pas y avoir de limites à ce droit de monnayage ; car, en restreignant la quantité du numéraire, on peut en élever la valeur indéfiniment.

C’est en vertu de ce principe que circule le papier monnaie. Toute sa valeur peut être re­gar­dée comme représentant un seigneuriage. Quoique ce papier n’ait point de valeur intrin­sèque, cependant, si l’on en borne la quantité, sa valeur échangeable peut égaler la valeur d’une monnaie métallique de la même dénomination, ou de lingots estimés en espèces[113]. C’est encore par le même principe, c’est-à-dire en bornant la quantité de la monnaie que des pièces d’un bas titre peuvent circuler pour la valeur qu’elles auraient eue si leur poids et leur titre étaient ceux fixés par la loi, et non pour la valeur intrinsèque du métal pur qu’elles contiennent. Voilà pourquoi, dans l’histoire des monnaies anglaises, nous trouvons que notre numéraire n’a jamais été déprécié aussi fortement qu’il a été altéré. La raison en est qu’il n’a jamais été multiplié en proportion de sa dépréciation[114]. Le point capital dans l’émission du papier-monnaie, c’est d’être parfaitement éclairé sur les effets qui résultent du principe de la restriction dans les quantités mises en circulation. On voudra à peine croire dans cinquante ans que les directeurs de la banque et les ministres ont soutenu à la fois devant le Parlement, et devant les Comités nommés par les Parlements, que des émissions de billets de la banque d’Angleterre, - en les supposant, mène, affranchies de la faculté qu’ont les porteurs de réclamer des espèces ou des lingots, - que ces émissions dis-je, n’avaient pas et ne pouvaient pas avoir d’action sur le prix des marchandises ou des lingots, ni sur l’état des changes.

Après l’établissement des banques, l’État n’a plus à lui seul le pouvoir de battre monnaie ou d’en faire l’émission. On peut tout aussi bien augmenter la monnaie en circulation, au moyen du papier de banque, que par des espèces ; en sorte que si un État altérait ses mon­naies et en limitait la quantité, il ne pourrait en maintenir la valeur ; car les banques auraient la même faculté que le gouvernement d’augmenter la quantité de l’agent de la circulation.

D’après ces principes, il est aisé de voir que pour donner une valeur au papier-monnaie, il n’y a pas besoin qu’il soit payable à vue en espèces monnayées ; il suffit pour cela que la quantité de ce papier soit réglée d’après la valeur du métal qui est reconnu comme mesure commune[115]. Si l’or, d’un poids et d’un titre déterminé, était cette mesure, on pourrait augmenter la quantité du papier à chaque baisse dans la valeur de l’or, ou, ce qui revient au même quant à l’effet ; à chaque hausse dans le prix des marchandises.


« La banque d’Angleterre, dit le docteur Smith, pour avoir émis une trop grande quantité de papier, dont l’excédant lui revenait continuellement à l’échange, a été obligée, pendant. plusieurs années de suite, de faire battre de la monnaie d’or jusqu’à concurrence de 500,000 livres st. et de 1,000,000 dans une seule année, ou, par évaluation moyenne, jusqu’à environ 850,000 liv. st. Pour fournir cette immense fabrication, la banque, a cause de l’état usé et dégradé où la monnaie d’or était depuis quelques années, se vit souvent obligée d’acheter jusqu’au prix de 4 liv. st. l’once l’or en lingots, qu’elle émettait bientôt après sur le prix de 3 liv. st. 17 sh. 10 ½ deniers l’once, ce qui lui faisait une perte de 2 ½ à 3 pour cent sur la fabrication d’une somme aussi énorme. Ainsi, quoique la banque n’eût point de droit de seigneuriage à payer, et quoique, à proprement parler, la dépense de fabrication fût aux frais du gouvernement, cette libéralité du gouvernement ne couvrit pas toute la dépense supportée par la banque. »

D’après le principe énoncé plus haut, il me semble très-évident qu’en retirant de la circu­lation le papier qui rentrait ainsi à la banque, la valeur de toute la monnaie, y compris celle des anciennes espèces monnayées et usées et celle des nouvelles, aurait monté, et, dans ce cas, toutes les demandes sur la banque auraient cessé d’être.

M. Buchanan n’est pourtant pas de cette opinion ; car il dit que la grande dépense que la banque a eu à supporter à cette époque fut occasionnée, non comme le docteur Smith paraît le supposer, par une émission excessive de papier, mais par l’état dégradé de la monnaie métallique, et par le haut prix du lingot qui en était la conséquence. On doit faire attention que la banque, n’ayant d’autre moyen de se procurer des guinées[116] que d’envoyer des lingots à la monnaie pour être frappés, était toujours dans la nécessité d’émettre des guinées neuves en paiement des billets qui lui revenaient, et quand les espèces manquaient en général de poids, et que le prix des lingots était haut à proportion, on trouvait un intérêt à tirer les guinées de poids de la banque en lui donnant son papier en échange, et ensuite à fondre ces guinées, et à en vendre l’or en lingots, avec profits, pour du papier de la banque, avec lequel on se procu­rait de nouvelles guinées, qu’on fondait et qu’on vendait de même. La banque doit toujours être exposée à se voir ainsi épuisée de son or toutes les fois que les espèces monnayées manqueront de poids, puisque, dans ce cas, il y a toujours un profit aisé et certain à changer constamment le papier de banque contre de l’or. Il est cependant bon d’observer que, quelle qu’ait été, à cette époque, la gêne et la dépense supportées par la banque par suite de l’écoule­ment de ses espèces, on ne crut pas nécessaire de la dispenser de l’obligation de donner des espèces en paiement de ses billets. »

Il est clair que M. Buchanan pense que toute la monnaie en circulation doit descendre au niveau de la valeur des pièces dégradées ; mais certes, en diminuant la quantité de la monnaie en circulation, tout le surplus peut être élevé à la valeur des meilleures pièces.

Le docteur Smith paraît avoir oublié le principe qu’il a posé lui-même, dans le raison­nement qu’il fait au sujet de la monnaie des colonies. Au lieu d’attribuer sa dépréciation à sa trop grande abondance, il demande si, en admettant que les valeurs coloniales soient parfai­tement solides, 100 1. st., payables dans quinze ans, pourraient valoir autant que 100 1. st. payables à vue. Je réponds que oui, si le papier n’est pas trop abondant.

L’expérience prouve cependant que toutes les fois qu’un gouvernement ou une banque a eu la faculté illimitée d’émettre du papier-monnaie, ils en ont toujours abusé. Il s’ensuit que, dans tous les pays, il est nécessaire de restreindre l’émission du papier-monnaie, et de l’assu­jettir à une surveillance ; et aucun moyen ne paraît mieux calculé pour prévenir l’abus de cette émission, qu’une disposition qui impose à toutes les banques qui émettent du papier, de payer leurs billets, soit en monnaie d’or, soit en lingots.

« Garantir le public[117] contre toutes les variations qui ne seraient pas déterminées par celles de l’étalon lui-même, effectuer les mouvements monétaires au moyen de l’agent le moins coûteux, serait atteindre le degré de perfection le plus élevé auquel on puisse amener la circulation d’un pays. Or, on obtiendrait tous ces avantages si l’on obligeait la banque à délivrer, au lieu de guinées, et en échange de ses billets, des lingots d’or et d’argent, évalués au titre, et au prix de la monnaie : de cette manière, toutes les fois que le papier descendrait au-dessous de la valeur des lingots, on en réduirait immédiatement la quantité. Pour empêcher que le papier ne s’élevât au-dessus des lingots la banque serait en même temps astreinte à échanger son papier contre l’or, au titre et au prix de 3 l. 17 s. l’once. Afin de ne pas surcharger les opérations de la banque, les quantités d’or demandées en échange de papier, au taux de 3 liv. 17 s. 10 ½ et celles offertes à raison de 3 l. 17 s. devraient être de vingt onces au moins. En d’autres termes, la banque serait obligée, à partir de vingt livres, d’acheter toutes les quantités d’or qui lui seraient offertes au prix de 3 1. 17 s.[118] l’once et de vendre celles qui lui seraient demandées au prix de 3 liv. 17 s. 10 ½ ; et le soin qu’auraient les administrateurs, de régler la masse de leur papier la garantirait contre tous les inconvénients qui pourraient résulter de ces dispositions.

La loi devrait laisser en même temps importer et exporter sans entraves tous les lingots. Ces opérations sur les lingots seraient d’ailleurs très-rares si la banque s’attachait à rapporter ses avances et ses émissions au criterium que j’ai déjà si souvent indiqué ; criterium qui consiste dans le prix des lingots au litre, indépendamment de la quantité générale de papier en circulation.

On aurait déjà réalisé une grande partie de mon projet, si l’on obligeait la banque à chan­ger contre ses propres billets des lingots évalués au titre et au prix de la monnaie. Ou pourrait même, sans dangers pour la sûreté de ses résultats, l’affranchir de la nécessité d’acheter toutes les quantités de lingots qui lui seraient offertes aux prix déterminés, surtout si les ateliers de la monnaie restaient ouverts au public.

En effet, cette disposition tend seulement à empêcher que la monnaie ne s’écarte de la valeur des lingots d’une différence plus grande que celle qui sépare si légèrement à la banque les prix d’achat de ceux de vente ; différence qui serait un degré approximatif vers cette uni­for­mité tant désirée.

Si la banque bornait capricieusement le montant de ses billets ; ils hausseraient de valeur, et l’or semblerait descendre au-dessous des limites auxquelles j’ai propose de fixer les achats de la banque. - Dans ce cas on le porterait à la monnaie, et les coins qu’il aurait servi à frap­per, s’ajoutant à la circulation, auraient pour effet d’en abaisser immédiatement la valeur et de la ranimer au taux de l’étalon. - Mais ces moyens n’offrent ni la sécurité, ni l’économie, ni la promptitude de ceux que j’ai proposés, et auxquels la banque ne saurait opposer d’objection sérieuse ; car il est évidemment dans son intérêt d’alimenter la circulation avec son papier plutôt que d’obliger les autres à l’alimenter avec du numéraire.

Sous l’empire d’un tel système, avec une circulation ainsi dirigée, la banque serait affran­chie de tous les embarras, de toutes les crises. Les seules éventualités qui pourraient l’attein­dre, sont ces événements extraordinaires, qui jettent la panique sur tout un pays, et font que chacun recherche les métaux précieux, comme le moyen le plus commode pour réaliser ou cacher sa propriété. - Il n’est pas de système qui puisse garantir les banques contre de telles éventualités. Leur nature même les y condamne, car, à aucune époque, il ne peut y avoir dans une banque ou dans un pays assez d’espèces ou de lingots pour satisfaire aux justes récla­mations des capitalistes qui s’y pressent. - Si chacun voulait réaliser le même jour la balance de son compte chez son banquier, il arriverait souvent que la masse de billets de banque actuellement en circulation ne suffirait pas pour répondre à toutes les demandes. C’est une panique de ce genre qui a déterminé la crise de 1797, et non, comme on l’a supposé, les fortes avances que la banque avait faites au gouvernement. Ni la banque, ni le gouvernement n’étaient alors coupables. - L’invasion soudaine des bureaux de la banque, prit naissance dans les craintes chimériques qui émurent les esprits timides : elle eût aussi bien éclaté dans le cas où la banque n’eût fait aucune avance au gouvernement et où sa réserve eût été double du montant actuel. - Il est même probable que, si elle avait continué à payer à bureaux ouverts et en espèces, elle aurait tué la panique avant d’arriver à l’épuisement de sa réserve[119].

Si l’on réfléchit à l’opinion des directeurs de la banque sur les règles qui gouvernent les émissions de papier, on verra qu’ils n’ont usé de leur privilège qu’avec discrétion.

Il est même évident, qu’animés par des principes arbitraires, ils n’y ont obéi qu’avec une extrême prudence. - Les termes actuels de notre législation leur conservent le pouvoir d’accroître ou de réduire, sans contrôle et dans les proportions qu’ils jugeront convevenables, l’ensemble de la circulation. Un tel pouvoir ne devrait appartenir à aucune association, pas même à l’État ; car il ne peut y avoir aucune garantie d’uniformité dans un système où la volonté seule des créateurs de la monnaie peut en décréter l’augmentation ou la diminution. La banque peut réduire aujourd’hui la circulation aux limites les glus extrêmes ; c’est un fait que ne nieront même pas ceux qui pensent avec les directeurs, qu’ils n’ont pas le pouvoir de multiplier l’infini les signes monétaires. Je suis pleinement convaincu qu’il répugne aux intérêts et à la volonté de la banque, d’exercer ce privilège au détriment du public, mais à l’aspect des maux qui peuvent résulter d’une réduction ou d’une augmentation soudaine des agents monétaires, je ne puis que déplorer la facilité avec laquelle l’État a armé la banque d’une prérogative aussi formidable.

Les difficultés auxquelles étaient restées soumises les banques provinciales avant la suspension des paiements en numéraire ont dû prendre, à certaines époques, un caractère sérieux. - Aux moindres symptômes d’une crise réelle ou imaginaire, elles étaient astreintes à se pourvoir de guinées et à s’armer contre les exigences des porteurs. - Elles faisaient alors un appel à la banque. Elles y échangeaient leurs propres billets contre des guinées, qu’un agent de confiance transportait ensuite à leurs frais et risques. Après avoir accompli les fonctions auxquelles elles étaient destinées, les guinées revenaient à Londres, et il est fort probable qu’elles retournaient dans les caisses de la banque toutes les fois que ces déplacements successifs n’avaient pas eu assez d’action pour en diminuer le poids et les réduire au-dessous du type légal.

Si l’on adoptait le plan que j’ai proposé de payer les billets de banque en lingots, il faudrait étendre ce privilège aux banques provinciales ou donner aux bank-notes le caractère de monnaie légale. - Dans ce dernier cas, on se trouverait n’avoir introduit aucun changement dans la législation qui régit ces établissements ; car ils seraient alors sollicités, comme aujourd’hui, à rembourser leur papier en billets de la banque d’Angleterre.

« Ce système, en nous permettant. de ne pas exposer les guinées au frottement et à la diminution de poids qui résultent de déplacements multipliés, en nous affranchissant aussi de tous les frais de transports, nous procurerait déjà une économie considérable ; mais l’avantage qui résulterait, pour la marche des petits paiements, serait bien plus sensible encore. En effet la circulation de Londres et des provinces s’effectuerait alors au moyen d’un agent à bon marché, le papier, et délaisserait un agent onéreux, l’or ; - ce qui enrichirait le pays de tous les bénéfices que peut produire l’or abandonné. Il serait donc insensé de renoncer à de tels avantages, à moins que l’on ne découvrît dans l’emploi d’un agent à bas prix des inconvénients manifestes.

« La monnaie est dans l’état le plus parfait quand elle se compose uniquement de papier, mais d’un papier dont la valeur est égale à la la somme d’or qu’il représente. L’usage du papier en place de l’or remplace un agent très-dispendieux au moyen d’un autre qui l’est fort peu, ce qui met le pays, sans qu’il en résulte aucune perte pour les particuliers, en état d’échanger tout l’or qu’il employait auparavant pour la circulation, contre des matières premières, des ustensiles et des subsistances, dont l’usage augmente à la fois la richesse et les jouissances de la nation.

« Sous le point de vue de l’intérêt national, il est tout à fait indifférent que ce soit le gouvernement ou une banque qui fasse l’émission d’un papier-monnaie, si cette émission est dirigée d’après les sages principes que nous venons d’exposer. Que ce soit l’un ou l’autre qui l’émette, il en résultera à peu prés le même accroissement de richesse nationale ; mais l’effet ne sera pas le même quant à l’intérêt des particuliers. Dans un pays où le taux courant de l’intérêt est de 7 pour cent, et où le gouvernement a besoin, pour des dépenses particulières, de 70,000 liv. st. par an, il importe beaucoup aux individus de ce pays, de savoir s’ils paieront ces 70,000 liv. par an impôt annuel, ou s’ils pourront les obtenir sans payer pour cela d’impôt. Supposons qu’il faille un million en argent pour préparer une expédition. Si le gouvernement émettait un million de papier-monnaie l’expédition se ferait sans qu’il en coûtât rien à la nation ; mais si en déplaçant ainsi un million d’argent monnayé, une banque faisait l’émission d’un million de papier, et qu’elle le prêtât au gouvernement a 7 pour cent, en déplaçant de même un million de numéraire, le pays se trouverait grevé d’un impôt perpétuel de 70,000 liv. par an. La nation paierait l’impôt, la banque le rece­vrait, et la nation resterait, dans les deux cas, aussi riche qu’auparavant. L’expédition aura été réellement faite au moyen du système, par lequel on rend productif un capital de la valeur d’un million, en le convertissant en denrées, au lieu de le laisser improductif sous la forme de numéraire ; mais l’avantage serait, toujours pour ceux qui émettraient le papier ; et comme le gouvernement représente la nation, la nation aurait épargné l’impôt, si elle, et non la banque, avait fait l’émission de ce million de papier-monnaie.

« J’ai déjà observé que, s’il pouvait y avoir une entière garantie qu’on n’abuserait point de la faculté d’émettre du papier-monnaie, il serait tout à fait indifférent pour la richesse nationale, prise collectivement, par qui ce papier fût émis ; et je viens de faire voir que le public aurait un intérêt direct à ce que ce fût l’État, et non une compagnie de marchands ou de banquiers, qui fit cette émission. Il serait cependant plus à craindre que le gouvernement n’abusât de cette faculté qu’une compagnie de banquiers. Une compagnie est, dit-on, plus dépendante des lois ; et quoiqu’il pût être de son intérêt de multiplier ses billets au-delà des bornes prescrites par la prudence, elle serait forcée de s’y renfermer, et de restreindre l’émission de son papier, par la faculté qu’auraient les particuliers d’exiger des lingots ou des espèces en échange des billets de banque. On prétend que, si le gouvernement avait le privilège démettre du papier, il ne respecterait pas longtemps cette disposition qui le gênerait ; on croit qu’il serait trop porté à sacrifier la tranquillité de l’avenir à l’intérêt du moment, et qu’il pourrait par conséquent, en alléguant des motifs d’urgence, se débarrasser de toute entrave qui bornerait le montant de ses émissions de papier.

« Cette objection est d’un grand poids quant à un gouvernement absolu ; mais dans un pays libre, avec une législature éclairée, la faculté d’émettre du papier avec la clause indispensable qu’il soit échangeable au gré du porteur, pourrait être en toute sûreté confiée à des commissaires nommés spécialement pour cet objet, et on pour­rait les rendre entièrement indépendants de l’influence des ministres.

« Le fonds d’amortissement est administré par des commissaires qui ne sont responsables de leur gestion qu’au parlement, et le placement des sommes qui leur sont confiées se fait avec la plus grande régularité ; quelle raison peut-il donc y avoir de douter que l’émission du papier ne pût être réglée avec la même exactitude, si on la confiait à une administration du même genre[120] ? »

On pourrait objecter que, quoique l’avantage que tirerait l’État, et par conséquent le public, de ce mode démission de papier-monnaie, soit assez évident, puisqu’on convertirait par là une partie de la dette nationale portant un intérêt payé par le public, en dette sans inté­rêt ; on pourrait objecter, dis-je, que cependant cela serait nuisible au commerce ; en empê­chant les négociants d’emprunter de l’argent, et d’escompter leurs lettres de change ce qui forme, en partie, la manière dont se fait l’émission des billets de banque.

Cela suppose qu’il serait impossible de trouver de l’argent à emprunter si la banque n’en prêtait pas, et que le taux courant de l’intérêt et des profits tient au montant de l’émission de la monnaie et à la voie par laquelle se fait cette émission ; mais comme le pays ne manquerait ni de drap, ni de vin, ni d’aucune autre marchandise, s’il avait les moyens de l’acheter, de même on ne manquerait pas d’y trouver de capitaux à prêter, pourvu que les emprunteurs eussent de bonnes garanties, et fussent disposés à payer le taux courant de l’intérêt pour l’argent prêté.

Dans une autre partie de cet ouvrage, j’ai tâché de faire voir que la valeur réelle d’une chose se règle, non d’après les avantages accidentels dont peuvent jouir quelques-uns de ses producteurs, mais bien d’après la difficulté réelle qu’éprouve le producteur le moins favorisé. Il en est de même par rapport à l’intérêt de l’argent ; il ne se règle pas d’après le taux auquel la banque veut prêter, que ce soit à 5, 4 ou 3 pour cent, mais bien d’après le taux des profits qu’on peut retirer de l’emploi des capitaux, et qui est tout à fait indépendant de la quantité ou de la valeur de l’argent. Qu’une banque prête un, dix ou cent millions, cela n’apportera aucun changement au taux courant de l’intérêt ; la banque ne fera que changer la valeur de la monnaie qu’elle mettra ainsi en circulation. Dans l’un de ces cas, il faudra dix ou vingt fois plus de monnaie pour faire un certain commerce, qu’il n’en faudrait dans l’autre. La demande d’argent à la banque dépend donc du taux des profits qu’on peut retirer de son emploi, comparé avec le taux d’intérêt auquel la banque le prête. Si elle prend moins que le taux courant de l’intérêt, elle peut prêter indéfiniment ; si elle prend plus que ce taux, il n’y aura que des dissipateurs et des prodigues qui consentent à lui emprunter. C’est pourquoi nous voyons que toutes les fois que le taux courant de l’intérêt excède 5 pour cent, qui est le taux auquel la Banque prête toujours, son bureau d’escompte est encombré de gens qui demandent de l’argent, et au contraire, quand le taux courant est, même pour peu de temps, au-dessous de 5 pour cent les commis de ce bureau n’ont rien à faire.

Ce qui a donc fait dire que la banque d’Angleterre avait, pendant les derniers vingt ans, donné de grands secours au commerce, en prêtant de l’argent aux commerçants, c’est que pendant toute cette époque, elle a prêté de l’argent au-dessous du taux courant de l’intérêt sur la place, c’est-à-dire au-dessous du taux auquel les commerçants pouvaient emprunter ailleurs ; mais, quant à moi, j’avoue que cela me semble plutôt une objection contre cet éta­blissement, qu’un argument en sa faveur.

Que dirait-on d’un établissement qui approvisionnerait régulièrement la moitié des fabricants de drap, de laine, au-dessous du prix courant du marché ? Quel bien cela ferait-il à la communauté ? Cela ne donnerait pas plus d’étendue à notre commerce ; car la laine aurait été achetée également si on l’avait vendue au prix courant du marché. Cela ne ferait pas bais­ser le prix du drap pour le consommateur, parce que le prix, comme je l’ai déjà dit, se règle d’après ce que la production du drap coûte aux fabricants les moins favorisés. L’unique effet que cela produirait serait donc de grossir les profits d’une partie des fabricants de drap au delà du taux général et ordinaire des profits des autres. L’établissement supposé se priverait d’une partie de ses justes profits pour en faire jouir une autre partie de la communauté. Tel est précisément l’effet de nos établissements de banque. La loi fixe un taux d’intérêt au-dessous de celui auquel on le trouve à emprunter sur la place, et c’est au taux légal qu’on exige que la banque prête, en lui interdisant de prêter à un autre. Par la nature de son établissement, la banque possède des fonds considérables qu’elle ne peut placer que de cette manière ; et il en résulte qu’une partie des commerçants du royaume en tire un avantage indu, et qui est tout à fait perdu pour la nation, en obtenant ainsi un instrument du commerce à un taux plus bas que les personnes qui sont forcées d’être sous l’influence du prix courant de la place.

La somme totale des affaires de commerce que la communauté peut faire, dépend de la quantité de son capital, c’est-à-dire des matières premières, des machines, des subsistances, des navires, etc., employés à la production. Après l’établissement d’un papier-monnaie sagement réglé, les opérations des banques ne sauraient augmenter ni diminuer la somme de ce capital. Si le gouvernement faisait donc l’émission d’un papier-monnaie national, quoi­qu’il n’escomptât pas un seul effet, et ne prêtât pas un seul schilling au public, il n’y aurait pais la moindre altération dans le mouvement du commerce ; car il y aurait la même quantité de matières premières, de machines, de subsistances, de navires, etc., et vraisemblablement il y aurait autant d’argent à prêter, non pas, à la vérité, à 5 pour cent, taux fixé par la loi, mais à 6, à 7 ou à 8 pour cent, - ce qui serait le résultat de la concurrence franche, sur le marché, entre les préteurs et les emprunteurs.

Adam Smith parle des avantages que les marchands retirent en Écosse, par la manière dont les banques de ce pays traitent les commerçants, en ouvrant des comptes courants, système qui lui parait très-supérieur à celui adopté en Angleterre. Ces comptes courants, ou de caisse, sont des crédits que le banquier écossais donne aux négociants, en sus des lettres de change qu’il leur escompte ; mais comme le banquier, à mesure qu’il avance de l’argent et qu’il le met en circulation par une voie, se trouve dans l’impossibilité dans émettre par une autre, il n’est pas aisé de concevoir en quoi cet avantage consiste. Si toute la circulation n’a besoin que d’un million de papier, il n’en circulera qu’un million ; il ne peut pas être d’une importance réelle pour le banquier ou pour le commerçant, que cette somme soit émise en escompte de lettres de change, ou qu’une partie seulement soit employée à cet usage, le reste étant émis sous la forme de ces comptes de caisse.

Il me semble nécessaire de dire quelques mots au sujet des deux métaux, l’or et l’argent, qui sont employés comme monnaie, surtout parce que cette question parait avoir, dans l’esprit de beaucoup de personnes, jeté de l’obscurité sur les principes évidents et simples de la théorie des monnaies. « En Angleterre, dit le docteur Smith, on ne fut pas légalement admis à s’acquitter en or, même longtemps après qu’on y eût frappé des monnaies d’or. Aucune loi ou proclamation publique n’y fixait la proportion entre l’or et l’argent; on laissait au marché à la déterminer. Si un débiteur offrait de payer en or, le créancier avait le droit de refuser tout-à-fait, ou bien d’accepter cette offre d’après une évaluation de l’or faite à l’amiable entre lui et son débiteur. »

Dans un tel état de choses, il est évident qu’une guinée aurait tantôt passé pour 22 sh. ou plus, et quelquefois elle n’aurait valu que 18 sh. ou moins, ce qui aurait dépendu uniquement du changement de la valeur courante relative de l’or et de l’argent. Et toutes les variations dans la valeur de l’or, aussi bien que celles dans la valeur de l’argent, auraient été estimées en monnaie d’or, comme si l’argent avait eu une valeur invariable, tandis que l’or aurait été sujet à monter ou à baisser de prix. Quoique une guinée passât pour 22 sh. au lieu de 18 sh., l’or aurait pu ne pas avoir changé de valeur, cette différence étant uniquement due à celle de l’argent ; et par conséquent 22 sh. pouvaient n’avoir pas plus de valeur que 18 sh. n’en avaient auparavant ; et, au contraire, toute cette différence aurait pu être due à l’or, une gui­née qui valait 18 sh. ayant pu hausser jusqu’à valoir 22 sh.

Si, maintenant, nous supposons la monnaie d’argent rognée et en même temps augmentée en quantité, la guinée pourrait passer pour 30 sh., parce que l’argent contenu dans ces 30 sh. de monnaie dégradée, pourrait n’avoir pas plus de valeur que l’or d’une guinée. En rendant aux pièces d’argent monnayé leur valeur intrinsèque, l’argent monnayé hausserait de prix ; mais l’or paraîtrait tomber, car une guinée ne vaudrait probablement pas alors plus de 21 bons shillings.

Si l’or devient aussi un moyen légal de paiement, et que chaque débiteur soit libre d’acquitter une dette de 21 l. st., en payant 420 sh., ou 21 guinées, il paiera en or ou en argent, selon qu’il aura l’un ou l’autre à meilleur marché. S’il peut, avec cinq quarters de froment, acheter autant d’or en lingots que la monnaie en met dans vingt guinées ; et si, avec la même quantité de froment, il peut acheter autant d’argent en lingots que la monnaie en emploie à frapper 430 shillings, il aimera mieux acquitter sa dette en argent ; car il gagnera par là 10 shillings. Mais si, au contraire, il pouvait avec ce froment se procurer assez d’or pour faire frapper 20 guinées et demie, et seulement autant d’argent qu’il en faudrait pour frapper 420 shillings, il préfèrerait naturellement acquitter sa dette en or. Si la quantité d’or qu’il pourrait obtenir ne rendait, étant frappée, que 20 guinées ; et si l’argent obtenu de même ne donnait que 420 shillings, il lui serait parfaitement égal d’acquitter sa dette en or ou en argent. Ce n’est donc pas une affaire de pur hasard ; ce n’est jamais parce que l’or convient mieux pour agent de la circulation d’un pays riche, qu’on le préfère à l’argent pour acquitter des dettes ; cela vient uniquement de ce qu’il est de l’intérêt du débiteur de les acquitter dans ce métal.

Pendant un temps considérable, avant l’année 1797, date de la suspension des paiements en espèces, l’or était à si bas prix, comparé à l’argent, qu’il était avantageux à la banque d’Angleterre, ainsi qu’à tout autre débiteur, d’acheter de l’or, et non de l’argent, pour le faire frapper à la monnaie, car on pouvait acquitter les dettes à meilleur compte dans ces espèces monnayées. L’argent monnayé fut, pendant une grande partie de cette époque, très-dégradé ; mais comme il était rare, il ne baissa jamais dans sa valeur courante, et cela, en raison du principe que je viens d’expliquer. Quoique la monnaie d’argent fût si dégradée, c’était tou­jours l’intérêt des débiteurs de payer en or. Si, cependant, cette monnaie d’argent dégradée eût été extrêmement abondante, les débiteurs auraient pu trouver de l’avantage à s’en servir pour acquitter leurs dettes ; mais la quantité en étant bornée, sa valeur se soutenait, et par conséquent l’or était, dans le fait, la véritable monnaie courante.

Personne n’en a jamais douté ; mais on a prétendu que cela était l’effet de la loi qui avait déclaré que l’argent ne serait pas un moyen légal de paiement pour toute somme au-dessus de 25 l. st., à moins qu’il ne fût pris d’après son poids, et au titre de la monnaie.

Mais cette loi n’empêchait aucun débiteur de payer une dette, quelque forte qu’elle fût, en argent monnayé sortant de la Monnaie ; et si les créanciers ne payaient pas avec ce métal, ce n’était ni par un effet du hasard ni par force, mais uniquement parce qu’il ne leur convenait pas de porter leur argent à la Monnaie pour l’y faire frapper, tandis qu’il leur convenait fort d’y porter de l’or. Il est vraisemblable que si la quantité de cette monnaie dégradée d’argent en circulation eût été extrêmement multipliée, et qu’elle eût été en même temps un moyen légal de paiement, il est probable, dis-je, qu’une guinée eût acquis de nouveau la valeur de 30 shillings ; mais, dans ce cas, c’est le shilling dégradé qui aurait baissé de valeur, et non la guinée qui aurait monté.

Il paraît donc que, tant que ces métaux ont été légalement recevables en paiement des dettes d’une valeur quelconque, on est resté constamment exposé à des variations dans la mesure principale de la valeur. L’or ou l’argent ont été tour à tour cette mesure ; ce qui provint entièrement des variations dans la valeur relative des deux métaux Aussi toutes les fois qu’un des deux cessa d’être la mesure de la valeur, on le fondit en le retirant de la circu­lation, parce que sa valeur en lingots excédait celle qu’il avait en monnaie. C’était un inconvénient qu’il importait beaucoup de faire disparaître ; mais telle est la marche lente de toute amélioration, que, quoique Locke l’eût démontré sans réplique, et que les écrivains qui, depuis, ont écrit sur les monnaies, en aient fait mention, ce n’est que dans la dernière session du Parlement, en 1816, qu’il a été déclaré que l’or seul était un moyen de paiement légal pour toute somme excédant quarante shillings.

Le docteur Smith ne paraît pas avoir bien compris les effets qui résultent d’employer à la fois deux métaux comme monnaie courante et comme moyen légal de paiement des dettes, quel qu’en soit le montant ; car il dit : « Dans le fait, pendant tout le temps que dure et continue une proportion déterminée entre la valeur respective des différents métaux mon­nayés, la valeur du plus précieux des deux règle celle de toutes les espèces monnayées. » Parce que, de son temps, l’or était le métal que les débiteurs préféraient pour acquitter leurs dettes, il a cru que ce métal possédait quelque propriété qui lui était inhérente, et moyennant laquelle il réglait à cette époque, comme il devait régler toujours la valeur de la monnaie d’argent.

À l’époque de la refonte des monnaies d’or, en 1774, une guinée nouvellement frappée à la Monnaie ne s’échangeait que contre 21 shillings dégradés ; mais sous le roi Guillaume, la monnaie d’argent étant également dégradée, une guinée nouvellement frappée s’échangeait contre 30 shillings. Là-dessus M. Buchanan fait l’observation suivante : « Voici donc un fait très-singulier, et duquel les théories reçues n’offrent aucune explication ; nous voyons à une époque la guinée s’échangeant contre 30 shillings dégradés (qui était sa valeur intrinsèque), et plus tard cette même guinée ne s’échangeant plus que contre 21 de ces mêmes schillings dégradés. Il faut nécessairement qu’il se soit opéré quelque changement remarquable dans l’état des monnaies entre ces deux époques, changement sur lequel le docteur Smith ne donne aucun éclaircissement. »

Il me semble que la solution de cette difficulté est très-aisée, si l’on explique la différence dans la valeur de la guinée aux deux époques mentionnées, par les différentes quantités de monnaie d’argent dégradée qui se trouvait en circulation. Sous le règne du roi Guillaume, l’or n’était pas un moyen légal de paiement, il n’avait qu’une valeur de convention. Tous les forts paiements étaient vraisemblablement faits en monnaie d’argent, surtout en raison de ce que le papier-monnaie, et les opérations de banque étaient, à cette époque, peu compris. La quantité de cette monnaie d’argent dégradée excédait la quantité de la monnaie d’argent dégradée qui serait restée en circulation, si la bonne monnaie avait seule eu cours, et par conséquent elle se trouvait non-seulement dégradée, mais encore dépréciée. Mais dans la suite, lorsque l’or devint moyen légal de paiement, et qu’on employa aussi des billets de banque dans les paiements, la quantité de monnaie dégradée d’argent n’excéda pas la quantité de la bonne monnaie d’argent nouvellement frappée qui aurait circulé s’il n’y avait pas en de monnaie dégradée d’argent ; c’est pourquoi, quoique cette monnaie fût altérée, elle ne fut pas dépré­ciée. L’explication qu’en donne M. Buchanan est un peu différente ; il croit que la monnaie du métal qui domine dans la circulation, est sujette à la dépréciation, mais que l’agent subalterne ne l’est pas. Sous le roi Guillaume, la monnaie principale qui était d’argent, fut par conséquent sujette à être dépréciée. En 1774, l’argent n’était plus que subsidiaire, et en conséquence il conserva sa valeur. La dépréciation des monnaies ne dépend cependant pas de ce qu’un des métaux est l’agent principal de la circulation, et l’autre un agent subsidiaire ; elle ne provient que de ce que la quantité d’un métal monnayé jeté dans la circulation est excessive[121]. Il n’y a pas grand inconvénient à établir un droit modéré de monnayage, surtout sur la monnaie destinée au paiement des petites sommes. Les pièces frappées acquièrent en général un surcroît de valeur égal au montant du droit, et cet impôt est par conséquent un de ceux qui n’affectent nullement ceux qui le paient, tant que la quantité de monnaie en circulation n’est pas excessive. Il faut cependant remarquer que, dans un pays où il y a un papier-monnaie en circulation, quoique ceux qui l’émettent soient tenus de le rembourser en espèces, si le porteur l’exige, il peut cependant arriver que ces billets, ainsi que les espèces, soient dépréciés de tout le montant du droit de monnayage établi sur le métal reconnu comme le seul moyen légal de paiement, et cela, avant que les règlements tendant à limiter la circu­lation du papier aient pu opérer. Si le droit de monnayage sur les pièces d’or était, par exemple, de 5 pour 100, la monnaie courante pourrait, par une forte émission de billets de banque, se trouver réellement dépréciée de 5 pour 100 avant que les porteurs de ces billets eussent trouvé de l’intérêt à les échanger contre des espèces pour les fondre en lingots.

Nous ne serions jamais exposés à éprouver une pareille dépréciation, s’il n’existait point de droit de monnayage ; ou si, malgré l’existence du droit, les porteurs de billets de banque pouvaient en demander le remboursement en lingots, à 3 l. 17 sh. 10 ½ d., prix de la monnaie, et non en espèces monnayées. À moins donc que la banque ne soit tenue de rembourser ses billets en lingots ou en espèces monnayées au gré du porteur, la loi récente qui a établi en Angleterre un droit de monnayage de 6 pour 100, ou de quatre pence par once d’argent, mais en ordonnant que l’or sera frappé par la monnaie sans frais, est peut-être la mesure la plus sage, et la plus efficace pour empêcher toute variation inutile dans les monnaies[122].


Chapitre 28 - De la valeur comparative de l’or, du blé, et de la main-d’œuvre, dans les pays riches et dans les pays pauvres

« L’or et l’argent comme toute autre marchandise, dit Adam Smith, cherchent naturellement le marché où l’on donne le meilleur prix pour les avoir. Or, pour quelque denrée que ce soit, ce meilleur prix sera toujours offert par le pays qui est le plus en état de le donner. Le travail, comme il faut toujours se le rappeler, est le prix qui, en dernière analyse, paie tout, et dans deux pays ou le travail sera également bien récompensé, le prix du travail en argent sera en proportion du prix des subsistances. L’or et l’argent s’échangeront donc naturellement contre une plus grande quantité de subsistances dans un pays riche que dans un pays pauvre, dans un pays où les subsistances abondent, que dans un pays qui n’en est que médiocrement fourni. »

Mais le blé est une marchandise, ainsi que l’argent et les autres choses ; or, si toutes les marchandises ont une grande valeur échangeable dans un pays riche, on ne doit pas en excepter le blé. Il pourrait donc être exact de dire, en ce cas, que le blé s’échange contre une grande quantité de monnaies, parce qu’il est cher, et que la monnaie s’échange de même contre une grande quantité de blé, parce qu’elle est chère aussi, ce qui serait affirmer que le blé est à la fois cher et à bon marché. Il n’y a pas de principe qui puisse être mieux établi en économie politique que celui par lequel on reconnaît qu’un pays riche, de même qu’un pays pauvre, est retenu dans l’accroissement de sa population par la difficulté progressive d’obte­nir des subsistances. Cette difficulté doit nécessairement faire hausser le prix relatif des subsistances et en encourager l’importation. Comment se peut-il que la monnaie d’or ou d’argent s’échange contre plus de blé dans les pays riches que dans les pays pauvres ? Ce n’est guère que dans les pays riches où le blé est cher, que les propriétaires fonciers engagent la législature à prohiber l’importation du blé. A-t-on jamais entendu parler d’une loi en Amérique ou en Pologne qui défendît l’importation des produits de l’agriculture ? La nature y a mis un obstacle insurmontable en rendant la production de ces denrées beaucoup plus facile dans ces pays-là que dans les autres.

Comment donc peut-il être vrai « qu’à l’exception du blé et d’autres substances végétales, qui sont entièrement le fruit de l’industrie de l’homme, tous les autres produits naturels, le bétail, la volaille, le gibier, les fossiles et les minéraux utiles, etc., renchérissent naturelle­ment à mesure que la société fait des progrès ? » L’erreur du docteur Smith, dans tout le cours de son ouvrage, consiste clans la supposition que le blé a une valeur constante qui ne peut jamais monter, quoique la valeur de toutes les autres choses puisse augmenter. Selon lui, le blé a toujours une même valeur, parce qu’il sert toujours à nourrir le même nombre d’individus. On aurait autant de raison de soutenir que le drap ne change jamais de valeur, parce qu’avec une quantité donnée, on peut toujours en faire le même nombre d’habits. Qu’y a-t-il de commun entre la valeur et la propriété de servir à la nourriture et aux vêtements[123] ?

Le blé, comme toute autre marchandise, a dans chaque pays son prix naturel, c’est-à-dire le prix que sa production exige, et sans lequel on ne pourrait pas le cultiver ; c’est ce prix qui règle le prix courant, et qui détermine s’il convient d’exporter du blé à l’étranger. Si l’impor­tation du blé était prohibée en Angleterre, le prix naturel du blé pourrait y monter à 6 l. st. le quarter, pendant qu’il serait en France à la moitié de ce prix. Si alors on levait la prohibition d’importer du blé, il tomberait dans le marché anglais, non à un prix moyen entre 6 l. et 3 l., mais il y baisserait en définitive, et s’y maintiendrait à son prix naturel en France, c’est-à-dire au prix auquel il pourrait être porté au marché anglais, en rapportant les profits ordinaires aux capitaux français, et il se soutiendrait à ce prix - que l’Angleterre en consommât d’ailleurs cent mille ou un million de quarters. Si la demande de l’Angleterre montait à cet dernier chiffre, il est vraisemblable que la nécessité où se trouverait la France d’avoir recours à la culture de terrains moins fertiles pour pouvoir fournir un si fort approvisionnement, ferait hausser en France le prix naturel du blé, et cela influerait par conséquent sur son prix en Angleterre. Ce que je prétends, c’est que le prix naturel des choses dans le pays qui exporte, est celui qui règle en définitive le prix auquel ces choses doivent être vendues, si elles ne sont pas sujettes à un monopole dans le pays qui importe.

Mais le docteur Smith, qui soutient avec tant de talent la doctrine qui établit que le prix naturel des choses règle en dernière analyse leur prix courant, a supposé un cas dans lequel il pense que le prix courant ne serait réglé ni par le prix naturel du pays qui exporte, ni par celui du pays qui importe. « Diminuez, dit-il, l’opulence réelle de la Hollande ou du territoire de Gênes, le nombre des habitants y restant toujours le même ; diminuez la faculté qu’ont ces pays de tirer leurs approvisionnements des pays éloignés, et vous verrez que, bien loin de baisser avec cette diminution dans la quantité de l’argent, - laquelle, soit comme cause, soit comme effet, doit nécessairement accompagner cet état de décadence, - le prix du blé s’y élèvera au taux de famine. »

Je pense qu’il en résulterait précisément le contraire. La diminution des ressources des Hollandais et des Génois, pour acheter du blé dans les marchés étrangers, pourrait faire baisser le prix du blé, pendant un certain temps, au-dessous de son prix naturel dans le pays d’où on l’exportait, aussi bien que dans le pays qui l’importait ; mais il est absolument impossible que cela pût jamais faire monter le blé au-dessus de son prix naturel. Ce n’est qu’en augmentant l’opulence des Hollandais ou des Génois que vous pourriez faire augmen­ter la demande du blé, et le faire monter au-dessus de l’ancien prix ; et cela n’aurait même lieu que pendant un espace de temps très-borné, à moins qu’il ne survînt de nouveaux obs­tacles qui rendissent plus difficile d’obtenir l’approvisionnement nécessaire.

Le docteur Smith dit encore à ce sujet : « Quand nous venons à manquer des choses nécessaires, il faut alors renoncer à toutes les choses superflues, dont la valeur, qui, dans les temps d’opulence et de prospérité ; monte rapidement, baisse de même dans les temps de pauvreté et de détresse. » Cela est de toute vérité ; mais il ajoute : « Il en est autrement des choses nécessaires. Leur prix réel, la quantité de travail qu’elles peuvent acheter ou com­mander, s’é1ève dans les temps de pauvreté et de détresse, et baisse dans les temps d’opu­lence et de prospérité, qui sont toujours des temps de grande abondance, sans quoi ils ne seraient pas des temps d’opulence et de prospérité. Le blé est une chose nécessaire ; l’argent n’est qu’une chose superflue. »

Il y a dans ce raisonnement deux propositions mises en avant, qui n’ont aucune liaison entre elles : l’une, que, dans les circonstances supposées, le blé pourrait commander plus de tra­vail, ce que nous admettons ; l’autre, que le blé aurait un plus haut prix en argent, ou s’échan­gerait contre une plus grande quantité d’argent métallique. C’est cette seconde pro­position que je crois fausse. Elle pourrait être vraie, si le blé était rare en même temps que cher, si l’approvisionnement ordinaire avait manqué. Mais, dans le cas supposé, le blé est en abondance, et on ne prétend pas que l’importation en soit moindre que de coutume, ou qu’il en faille davantage. Il manque aux Hollandais et aux Génois de l’argent pour acheter du blé, et, pour avoir cet argent, ils sont obligés de vendre leurs superfluités. C’est la valeur et le prix courant de ces superfluités qui baissent, et l’argent paraît hausser si on le compare à ces objets. Mais cela ne fera pas augmenter la demande de blé, ni tomber la valeur de l’argent, qui sont les deux seules causes qui puissent faire monter le prix du blé. Il peut y avoir une grande demande d’argent, soit faute de crédit, soit par d’autres causes, et il peut renchérir en conséquence par rapport au blé ; mais il est impossible d’établir sur aucun principe raison­nable que, dans de semblables circonstances, l’argent doive être à bon marché, et que par conséquent le prix du blé doive hausser.

Quand on parle du plus ou moins de valeur de l’or, de l’argent ou de toute autre mar­chandise dans différents pays, on devrait toujours choisir une mesure pour estimer cette valeur, si l’on veut être intelligible. Par exemple, quand on dit que l’or est plus cher en Angleterre qu’en Espagne, si l’on ne l’estime pas en le comparant à d’autres marchandises, quel peut être le sens de cette assertion ? Si le blé, les olives, l’huile, le vin et la laine sont à meilleur marché en Espagne qu’en Angleterre, l’or, estimé au moyen de ces denrées, se trouvera être plus cher en Espagne. Si, d’un autre côté, la quincaillerie, le sucre, le drap, etc., sont à plus bas prix en Angleterre qu’en Espagne, dans ce cas, l’or, estimé au moyen de ces articles, sera plus cher en Angleterre. C’est ainsi que l’or paraîtra cher où à bas prix en Espagne, selon que le caprice du spéculateur lui fera choisir la mesure d’après laquelle il en estimera la valeur. Adam Smith, ayant imprimé le caractère de mesure générale de la valeur au blé et au travail, aurait naturellement estimé la valeur comparative de l’or par la quantité de ces deux objets contre laquelle on pourrait l’échanger ; et par conséquent, quand il parle de la valeur comparative de l’or dans deux pays, je dois croire qu’il veut parler de la valeur de l’or estimée en blé et en travail.

Mais on a déjà vu que l’or, estimé en blé, peut avoir une valeur très-différente dans deux pays. J’ai déjà tâché de faire voir que l’or, comparé au blé, sera à bas prix dans les pays riches, et cher dans les pauvres. Adam Smith est d’une opinion différente ; il pense que la valeur de l’or estimé en blé est plus élevée dans les pays riches. Mais sans nous arrêter davantage à examiner laquelle de ces deux opinions est la vraie, l’une et l’autre suffisent pour faire voir que l’or n’est pas nécessairement à plus bas prix dans les pays qui en possèdent des mines, quoique Adam Smith soutienne cette proposition. Supposons que l’Angleterre soit en possession de mines d’or, et que l’opinion d’Adam Smith, qui veut que l’or ait plus de valeur dans les pays riches, soit exacte ; dans ce cas, quoique l’or sortît naturellement de l’Angleterre pour aller s’échanger dans tous les autres pays contre leurs marchandises, il ne s’ensuivrait pas qu’il se trouvât nécessairement à plus bas prix en Angleterre, comparé au blé et au travail, que dans les pays étrangers. Dans un autre endroit, cependant, Adam Smith dit que les métaux précieux sont nécessairement à plus bas prix en Espagne et en Portugal que dans les autres pays de l’Europe, parce que ces deux États se trouvent être les possesseurs presque exclusifs des mines qui les fournissent. « La Pologne, dit-il, qui n’est pas délivrée du système féodal, est encore aujourd’hui un pays aussi misérable qu’il n’était avant la découverte de l’Amérique. Cependant le prix du blé a monté en Pologne; la valeur réelle des métaux précieux y a baissé, comme dans tous les autres endroits de l’Europe. La quantité de ces métaux a donc dû y augmenter comme ailleurs, et à peu près dans la même proportion, relativement au produit annuel de ses terres et de son travail. Avec cela, cette augmentation dans la quantité de ces métaux n’a pas, à ce qu’il semble, augmenté ce produit annuel, n’a pas étendu l’agriculture et les manufactures du pays, ni amélioré le sort de ses habitants. L’Espagne et le Portugal, qui possèdent les mines, sont peut-être après la Pologne, les deux pays les plus pauvres de l’Europe ; cependant il faut bien que la valeur des métaux précieux soit plus basse en Espagne et en Portugal que dans tout autre endroit de l’Europe, puisque de ces deux pays ils viennent se rendre dans tous les autres, avec la charge, non-seulement du fret et de l’assurance, mais encore avec la dépense de la contrebande, leur exportation étant ou prohibée ou soumise à des droits. Leur quantité, par rapport au produit annuel des terres et du travail, doit donc nécessairement être plus grande dans ces deux pays qu’en aucun autre endroit de l’Europe ; cependant ces pays sont plus pauvres que la plupart des autres États de l’Europe. C’est que si le système féodal a été aboli en Espagne et en Portugal, il y a été remplacé par un système qui ne vaut guère mieux. »

Voici, selon moi, à quoi se réduit le raisonnement du docteur Smith. L’or, estimé en blé, est à plus bas prix en Espagne que dans les autres pays ; et la preuve en est, que ce n’est pas du blé que les autres pays donnent à l’Espagne, en échange pour son or, mais bien du drap, du sucre, des quincailleries, qu’on échange contre ce métal.

Chapitre 29 - Des impôts payés par le producteur

M. Say exagère beaucoup les inconvénients qui résultent des impôts établis sur les produits manufacturés, surtout lorsqu’ils portent sur la première époque de la fabrication, et avant que ces produits soient terminés. Les manufacturiers, dit-il, par les mains desquels le produit manufacturé doit. passer successivement; sont obligés d’employer de plus gros capitaux, par la nécessité où ils se trouvent de faire l’avance du montant de l’impôt, ce qui est souvent très-gênant pour des manufacturiers qui n’ont qu’un très-mince capital et un très-faible crédit.

Un autre inconvénient sur lequel il insiste est que, par suite de l’avance de l’impôt, l’intérêt de cette avance doit être aussi supporté par le consommateur, et que cette addition d’impôt est une de celles dont le fisc ne profite pas.

Je ne puis pas admettre cette seconde objection de M. Say. Supposons que l’État ait besoin de lever immédiatement 1000 l. st., et qu’il lève cette somme sur un manufacturier qui ne pourra la faire payer au consommateur que dans un an, quand les produits seront achevés. Par suite de ce retard, il est obligé d’augmenter le prix des ouvrages de sa fabrique, non-seule­ment de 1000 l., montant de l’impôt, mais vraisemblablement de 1100 l., 100 l. étant l’inté­rêt des 1000 l. qu’il a avancées. Mais, moyennant cette addition de 100 l. payées par le consommateur, le fabricant a un profit réel, en ce que le paiement de l’impôt que le gou­vernement exigeait sans délai, et qu’il doit payer en définitive, a été ainsi retardé d’un an. Cela met le gouvernement en état de prêter au manufacturier les 1000 l. dont il a besoin, à 10 pour cent d’intérêt, ou à tout autre taux dont il soit convenu, - 1100 l. payables à la fin d’un an, l’argent étant à 10 pour cent, ne valant pas plus, en effet, que 1000 l. payables sur-le-champ. Si le gouvernement n’exige l’impôt qu’après un an, lorsque la fabrica cation des ouvrages manufacturés se trouvera terminée, il sera peut-être obligé d’émettre une obligation du trésor portant intérêt, et l’intérêt lui coûterait autant que ce que le consommateur épar­gnerait dans le prix, non compris cependant la partie du prix que le manufacturier pourrait, en vertu de l’impôt, ajouter à son gain réel. Si le gouvernement avait dû payer cinq pour cent pour l’intérêt de l’obligation du trésor, il y aura 50 l. d’impôts d’épargnés par la non-émission de l’obligation. Si le manufacturier emprunte le capital additionnel dont il a besoin pour faire l’avance de l’impôt à 5 pour cent, et s’il le fait payer à 10 pour cent au consom­mateur, il aura gagné 5 pour cent sur son avance en sus de ses profits ordinaires ; en sorte que le manufacturier et le gouvernement gagnent ou épargnent tous deux précisément la somme que le consommateur paie.

M. de Sismondi, dans son excellent livre de la Richesse commerciale, en suivant le raisonnement de M. Say, a calculé qu’un impôt de 4000 francs, payé dans l’origine par un manufacturier dont les profits ne seraient qu’au taux modéré de 10 pour cent, si le produit manufacturé passait seulement par les mains de cinq différentes personnes, reviendrait au consommateur à la somme de 6734 francs. Ce calcul est fondé sur la supposition que celui qui le premier a fait l’avance de l’impôt, a dû recevoir du second manufacturier 4400 francs, et ce dernier du troisième 4840 francs ; en sorte que chaque fois que le produit passerait par les mains d’un autre manufacturier, il se trouverait chargé de 10 pour cent sur sa valeur. C’est supposer que la valeur de l’impôt s’accroît selon un taux d’intérêt composé, non au taux de 10 pour cent par an, mais au taux de 10 pour cent chargé à chaque transmission progressive. L’opinion de M. de Sismondi serait exacte s’il s’était écoulé cinq ans depuis la première avance de l’impôt jusqu’à la vente du produit imposé au consommateur ; mais si une seule année s’est écoulée, une rétribution de 400 fr., au lieu de 2734, aura fourni un profit au taux de 10 pour cent à tous ceux qui auraient contribué à faire l’avance de l’impôt, soit que l’ouvrage manufacturé eût passé par les mains de cinq ou cinquante manufacturiers.

Chapitre 30 - De l’influence que l’offre et la demande ont sur les prix

Ce sont les frais de production qui règlent en dernière analyse le prix des choses, et non comme on l’a souvent avancé, le rapport entre l’offre et la demande. Ce rapport, à la vérité, modifie pour quelque temps la valeur courante d’une chose, selon que la demande peut avoir augmenté ou diminué et jusqu’à ce que l’approvisionnement en devienne plus ou moins abondant ; mais cet effet n’aura qu’une durée passagère.

Diminuez les frais de la fabrication des chapeaux, et leur prix finira par tomber à leur nouveau prix naturel, quoique la demande puisse doubler, tripler, ou quadrupler. Diminuez les frais de l’entretien des hommes, en diminuant le prix naturel de la nourriture et des vêtements qui soutiennent la vie, et vous verrez les salaires finir par baisser, quoique la demande de bras ait pu s’accroître considérablement.

L’opinion que le prix des choses dépend uniquement de la proportion de l’offre avec la demande, ou de la demande avec l’offre, est devenue presque un axiome en économie politique, et a été la source de bien des erreurs dans cette science. C’est cette opinion qui a fait avancer à M. Buchanan que les salaires n’éprouvent aucune influence par la hausse ou par la baisse dans le prix des vivres, et qu’ils ne sont affectés que par la demande plus ou moins grande de bras, et qu’un impôt sur les salaires des travailleurs ne ferait point hausser les salaires, parce qu’il ne dérangerait pas le rapport entre le nombre d’ouvriers qui s’offrent, et la demande qu’on en fait.

On ne peut pas dire que la demande d’une chose ait augmenté, si l’on n’en achète pas ou si l’on n’en consomme point une plus grande quantité ; et cependant, dans de telles circons­tances, sa valeur en argent peut hausser. Si l’argent baissait de valeur, le prix de toutes les marchandises hausserait, car chacun des concurrents serait disposé à dépenser plus d’argent qu’auparavant à faire des achats ; mais quoique le prix de toutes les marchandises eût haussé de 10 ou de 20 pour 100, si l’on n’en achetait pas plus que par le passé, je crois qu’on ne pourrait pas dire que le changement de prix de la marchandise a été l’effet d’une plus grande demande ; son prix naturel, ses frais de production en argent, se trouveraient réellement changés par la différente valeur de l’argent ; et sans aucun surcroît de demande, le prix de la marchandise s’accommoderait à cette nouvelle valeur.

« Nous avons vu (dit M. Say) que les frais de production déterminent le plus bas prix des choses, le prix au-dessous duquel elles ne tombent pas d’une manière durable, car alors la production s’arrête ou diminue. » Liv. II, chap. 4.

Il dit ensuite que la demande de l’or ayant depuis la découverte des mines augmenté dans une proportion encore plus forte que l’approvisionnement, « le prix de l’or estimé en mar­chandise, au lieu de tomber dans la proportion de dix à un, n’a baissé que dans la proportion de quatre à un ; » c’est-à-dire qu’au lieu de baisser en proportion de la baisse de son prix naturel, il n’est tombé qu’en suivant la proportion de l’excès de l’approvisionnement par rapport à la demande[124]. La valeur de chaque chose monte toujours en raison directe de la demande et en raison inverse de l’offre.

Lord Lauderdale énonce la même opinion :

« Quand aux variations de valeur auxquelles toutes marchandise est exposé, dit-il, si nous pouvions supposer pour un moment qu’une substance quelconque possédât une valeur intrinsèque et fixe, de manière qu’une quantité déterminé eût toujours et dans toutes les circonstances une même valeur, le prix de chaque chose, mesuré par une telle mesure fixe et constante, varierait suivant le rapport entre sa quantité, et la demande qu’il y en aurait, et chaque chose serait sujette à varier de valeur par quatre circonstances différentes :

1° Une chose augmenterait de valeur en raison de la diminution de sa quantité ;

2° Elle diminuerait de valeur, par l’augmentation de sa quantité ;

3° Elle pourrait augmenter de valeur en raison d’une plus forte demande ;

4° Elle pourrait diminuer de valeur, faute d’être demandée.

Comme il est cependant aisé de prouver qu’aucune chose ne peut avoir une valeur intrinsèque et fixe qui puisse la rendre propre à mesurer la valeur des autres denrées, les hommes ont été conduits à choisir, pour mesure pratique de la valeur, la matière qui parait le moins sujette à varier de valeur par l’une ou l’autre des quatre causes ci-dessus énoncées, et qui sont les seules qui fassent changer la valeur des choses.

Quand donc nous exprimons, dans le langage ordinaire, la valeur d’une chose quelconque, cette valeur peut changer d’un temps à un autre par l’opération de huit causes différentes :

1° Par les quatre déjà énoncées, dans leur rapport avec la chose même dont nous voulons exprimer la valeur ;

2° Par ces même causes, dans leur rapport avec la chose que nous avons adoptée comme mesure fixe de la valeur. »

Tout ceci est vrai pour ce qui regarde les monopoles, et même, quant au prix courant de toute marchandise, pendant un temps borné. Si la demande de chapeaux devient deux fois plus forte, le prix en montera sur-le-champ ; mais cette hausse ne sera que temporaire, à moins que les frais de production des chapeaux, ou leur prix naturel ne s’élève en même temps. Si le prix naturel du pain baissait de 50 pour cent par suite de quelque grande décou­verte dans la science de l’agriculture, la demande de pain n’augmenterait pas considérable­ment, personne n’en voudrait avoir que ce qui lui suffirait pour satisfaire ses besoins, et la demande n’augmentant pas, l’approvisionnement n’augmenterait pas non plus ; car il ne suffit pas qu’on puisse produire une chose pour qu’elle soit produite en effet, il faut encore qu’on la demande. Voici donc un cas où l’offre et la demande ont à peine varié, ou n’ont augmenté que dans une même proportion ; et cependant le prix du blé aura baissé de 50 pour cent, et cela pendant que la valeur de l’argent n’aura point éprouvé de variation.

Des produits dont un particulier ou une compagnie ont le monopole, varient de valeur d’après la loi que lord Lauderdale a posée ; ils baissent à proportion qu’on les offre en plus grande quantité, et ils haussent avec le désir que montrent les acheteurs de les acquérir ; leur prix n’a point de rapport nécessaire avec la valeur naturelle ; mais quant aux choses qui sont sujettes à la concurrence parmi les vendeurs, et dont la quantité peut s’augmenter dans des bornes modérées, leur prix dépend en définitive, non de l’état de la demande et de l’approvisionnement, mais bien dé l’augmentation ou de la diminution des frais de production[125].


page suivante : Ch. 31 - Des machines